Média: patrons et syndicat de la presse privée demandent à ce que justice soit faite pour les journalistes disparus

05 février 2016- 05 février 2019, il y’a de cela 03 ans jour pour jour qu’El hadj Mohamed Koula Diallo journaliste sur le site Guinée7 a été assassiné à bout portant.

Pour la commémoration de l’an trois de sa disparition, le syndicat professionnel de la presse privée de Guinée  »SPPG » était face aux journalistes dans la salle qui porte son nom, pour parler de l’évolution des dossiers concernant les journalistes Mohamed Koula Diallo, Chérif Diallo, Abdoulaye Bah et des journalistes bastonnés au PM3 de Matam.

À l’entame, le secrétaire général du SPPG a déploré la politisation de l’assassinat de Koula Diallo « en ce 05 février 2019, dans cette salle qui porte le nom de notre confrère feu Mohamed koula Diallo, on se retrouve pour commémorer cette triste date pour la presse guinéenne. Vous savez très bien que le 05 février 2016 notre confrère a été assassiné alors qu’il n’avait qu’un Bic et un cahier en main en qualité de reporter, depuis lors jusqu’au aujourd’hui on a entendu certains propos, mais malheureusement qui ne rassurent pas, et ce que nous regrettons depuis cette triste date jusqu’à nos jours l’affaire a été politisée » déplore Mr sidi Diallo.

Pour sa part, le patron du site guinée7 où Koula a tant servi dénonce de la parodie dans le dossier « dans le cas de koula, il y’a eu un procès mais qui ressemble beaucoup à une parodie, parce qu’un procès dans lequel celui qui a été poursuivi comme complice qui a été condamné à une réclusion criminelle à perpétuité c’est à dire la peine maximale, mais on ne vous dit pas il est complice de qui, donc jusque-là on ne sait qui a tiré sur koula Diallo, tout ce que je voudrais vous dire et Koula, et chérif, et Abdoulaye, il faudrait qu’on se batte pour qu’il ait justice » lance Ibrahima Sory Traoré.

Concernant le dossier chérif Diallo du Groupe Hadafo Média disparu depuis 2015, Antoine Kourouma par la voix du groupe Hadafo Média « cette haute décision je ne dirais pas verdict, cette annonce faite par la justice l’année dernière qui a dit avoir classée le dossier, classée le dossier parce qu’il y’a eu dénouement s’il en est affectant de la mort ou de la disparition de chérif, jusque -là c’est un gros point d’interrogation, on attend ce qui va nous dire la justice » rajoute-il.

Selon le secrétaire général du SPPG, une commission mixte sera mise en place dans les jours à venir pour interpeler les autorités compétentes.

Mansaré Soumah Naby Moussa 628820256

Share Button

Leave A Reply

Your email address will not be published.

Switch to mobile version