Publisher Theme
Art is not a luxury, but a necessity.

Labé/mois de la femme : Pourquoi la faible représentativité des femmes dans les administrations ?

0

La faible représentativité des femmes dans les instances de prises décision est un autre défi que s’est fixé les différents Etats afin de mettre fin aux inégalités qui existent dans les administrations publiques et privées. En Guinée, le pari est loin d’être gagné surtout en zone urbaine et rurale. Réagissant à notre micro à l’occasion du mois de la femme, dame Kadiatou Diallo Agent de Développement Communautaire ADC à Djonfo et Noussy a fait une analyse sur cette problématique.

Membre de L’ONG Union Guinéenne des Volontaires pour le Développement UGVD, Mme Kadiatou Diallo travaille au compte du projet OMVS en tant qu’agent de Développement Communautaire ADC. Dans cette équipe de 16 personnes, on y enregistre seulement que trois femmes « Dans l’équipe de 16 personnes, nous ne sommes seulement que trois femmes et ceci parce que l’OMVS a exigé la présence des femmes qui ont fait environnement dans ce projet. Ceux qui ont fait environnement à Faranah et ceux qui ont fait eau et forêt à Mamou n’ont pas les mêmes compétences, car nous on a fait l’Agro foresterie pur et dur à Mamou » précise la dame.

Selon l’ADC, la source de cette faible représentativité des femmes a diverses raisons « les femmes sont marginalisées car dans certains foyers les hommes n’aiment pas que leurs femmes travaillent, d’autres femmes se minimisent aussi peut être par manque de compétence etc. Dès qu’elles se marient, elles abandonnent l’école. Le défaut est que la plupart des femmes n’approfondissent pas les études et il y a beaucoup qui ont ce complexe de s’exprimer » liste-t-elle.

Malgré les difficultés rencontrées sur le terrain, cette brave femme s’est donnée à fond pour suivre sa formation à l’Ecole Nationale des Agents Techniques Eau et Forêt ENATEF de Mamou « j’ai fait trois ans de formation dans l’environnement pur et dur et cela n’a pas été facile puisqu’on utilisait des machettes, les dabas, les tronçonneuses. Maintenant je peux abattre les arbres car on nous a montré comment faire, étant une femme je peux utiliser une tronçonneuse, on faisait l’exploitation mais on faisait aussi le reboisement. Dans une promotion à ENATEF on enregistre seulement que deux à trois femmes, mais notre promotion on était au nombre de neuf et dans cette promotion toutes les femmes étaient courageuses » a laissé entendre Dame Kadiatou Diallo.

A l’occasion du mois de mars, l’ADC Kadiatou Diallo lance un appel à la gente féminine « la place de la femme n’est pas seulement qu’à la cuisine, les bureaux sont aussi faites pour elles. Nous devons cesser de nous minimiser, nous devons être compétentes et compétitives afin de retrouver nos places dans les prises de décisions. Des femmes peuvent être directrices, Présidentes, des cheftaines, des députées, des maires, des Gouverneures, etc. » lance-t-elle.

Enfin, dame Kadiatou Diallo a fait comprendre aussi aux hommes que les femmes ne sont pas leurs adversaires plutôt elles veulent ce mérite et la reconnaissance dans les administrations.

De Labé Mamadou Lamarana Bah pour actualitefeminine 620 13 20 28  

Share Button

Leave A Reply

Your email address will not be published.

Switch to mobile version