Publisher Theme
Art is not a luxury, but a necessity.

Kindia/transport : les chauffeurs fixent le prix à leur volonté et ne respectent le nombre de passagers à bord

La souffrance des passagers de Kindia est loin de connaitre son épilogue. Les citoyens rencontrent d’énormes difficultés liées au transport en cette période de  coronavirus. Les frais du transport sont fixés par les chauffeurs, cette situation cause assez d’inquiétude chez les usagers qui n’ont pas de porte-monnaie bien garnie.

Mabinty Camara en partance pour Conakry se dit très touchée par le comportement des chauffeurs qui continuent d’augmenter le prix à leur guise « Nous avons l’habitude de souffrir mais pour cette année il n’y a pas son deux. Je veux aller à Conakry mais ici les chauffeurs chacun a son prix, il n’y a pas de prix fixe, 100.000 GNF c’est ce que j’ai payé sans compter le prix des bagages, pourtant certains chauffeurs ne respectent pas le nombre de passagers dans les véhicules. Si tu as un décès actuellement à Conakry comment vas-tu faire? Il faut payer le transport et déposer ta contribution. Ce que je vais dire aux autorités c’est de faire tout possible d’enlever le confinement parce que les chauffeurs disent que c’est le confinement qui a fait, en tout cas on est fatigué le transport qui était à 30.000 GNF est à 100.000 GNF c’est trop » s’exaspère-t-elle.

Interrogé sur cette problématique à la gare routière, ce chauffeur jette l’anathème sur l’état des routes « la route est très mauvaise actuellement surtout de Mambia jusqu’à Coyah, la route est complètement dégradée en plus il y a beaucoup de barrages sur la route et les agents ne font rien sauf pour faire payer aux gens de l’argent sur ces barrages. C’est pour cela certains chauffeurs font payer 150.000 GNF, 100.000 GNF ou 90.000 GNF, chacun a son prix s’il a pitié il diminue un peu. Moi-même à mon retour de Conakry ce matin, j’ai changé mon turbo c’était gâté en cours de route. Le prix des pièces est très cher actuellement, chaque jour nos voitures sont en panne, Kindia-Conakry tu peux faire 2 jours » raconte Ibrahima Sory Fofana conducteur de taxi sur le tronçon Kindia-Conakry.

Certains chauffeurs ne respectent pas le nombre de passagers à bord. Le secrétaire général adjoint de syndicat de transporteurs affirme que sa structure n’a pas la main mise sur les chauffeurs actuellement, le prix se négocie entre chauffeurs et passagers « depuis que le Président Alpha Condé a dit de fermer les parcs on a fermé on ne coupe plus de tickets et on ne gère plus les chauffeurs. On ne peut même pas leur donner des ordres ou les contrôler» précise-t-il.

Les autorités guinéennes avaient annoncé la réduction du nombre de passagers pour éviter la propagation de la maladie à COVID-19, mais cette mesure est foulée au sol par bon nombre de chauffeurs, grâce à la complicité de certains agents qui sont au niveau des barrages.

Mamadou Samba Diallo 657835989

Share Button

Comments are closed.

Switch to mobile version