Publisher Theme
Art is not a luxury, but a necessity.

Kindia/risque d’inondation : les femmes de Gbinkilin tirent la sonnette d’alarme

En cette période de grandes pluies, les citoyens de Gbinkili district situé dans la sous-préfecture de Mambia ne dorment pas bien. Ils risquent de se retrouver pieds dans l’eau. Déjà l’année passée, plusieurs concessions et champs étaient inondés en cette période hivernale.

La peur au ventre, les riverains lancent un cri de cœur pour ne pas qu’ils dorment à la belle étoile. Fatoumata Camara citoyenne de Gbinkili se souvient encore de sa perte l’année dernière à cause de l’inondation « Quand il pleut deux ou trois jours successivement nous ne pouvons pas bien dormir car l’année dernière après quelques jours de pluies vers 23heures, l’eau est rentrée dans nos concessions et a causé plusieurs dégâts. Moi je suis commerçante, chaque fois j’envoyais de la marchandise de Conakry. Cet événement malheureux a coïncidé que j’avais envoyé du riz et d’engrais pour revendre ici, malheureusement j’ai tout perdu. Des sacs du riz, d’engrais, du sucre et plusieurs objets. Depuis ce jour je suis malade et j’ai beaucoup de dettes à rembourser. Donc cette année encore si on voit la pluie tomber de cette façon nous allons nous inquiéter » souligne-t-elle.

109824206_3046123032089917_6555590773286320247_nTout comme Fatoumata Camara, Mabinty Soumah a également vu sa plantation de manioc submergée par la pluie « ma plantation est envahie par l’eau, dans cette situation les tubercules risquent de pourrir. Donc cela est devenu une perte pour nous. Le fleuve est rempli et nous sommes à 100m du fleuve donc on ne sait quoi faire parce qu’on n’a pas où aller. Au moment qu’on construisait ici on ne savait pas que ce genre de chose allait arriver. Mon bâtiment est construit en terre battu et si l’eau rentre ça risque de tomber » alerte-t-elle.

Inquiet de cette situation que traverse sa population, le chef secteur Ibrahima Camara a indiqué que l’Etat avait apporté son aide l’an passé à la communauté. Il souhaite que cet accompagnement se fasse cette année également « l’année dernière quand cela est arrivé nous avons informé les autorités au haut niveau, nous avions bénéficié d’une assistance de l’État. Nous sommes très contents pour ça et nous voulons que l’État nous aide de plus. Puis que l’année dernière tous nos puits et latrines ont bouché et jusqu’à présent nous avons du mal à avoir de l’eau propre » signale-t-il.

En attendant une suite favorable de l’autorité et des bonnes volontés, la population du Gbinkili tire le diable par la queue afin de subvenir aux besoins vitaux en cette période hivernale.

Mamadou Samba Diallo 657835989

Share Button

Comments are closed.

Switch to mobile version