Publisher Theme
Art is not a luxury, but a necessity.

Kindia : atteinte d’une paralysie à cause des violences conjugales, Aïssatou sow réclame toujours justice

Victime de violence conjugale depuis 3 ans, Aïssatou Sow attend toujours que justice soit rendue entre elle et son ex-mari. Après l’ouverture de son procès au mois de novembre 2019 au tribunal de première instance de Kindia qui a été renvoyée au tribunal de Forécariah, la jeune dame traverse des moments difficiles et dénonce une lenteur sur son dossier.

Atteinte d’une paralysie depuis quelques années, elle affirme avoir été battue par son ex-mari chose qui serait la cause de sa situation actuelle. Malgré tout, son ex-mari ne reconnaît pas les faits. Selon dame Aïssatou, deux procès ont eu lieu mais jusqu’à présent le verdict n’est pas donné.

« Quand ils ont renvoyé le procès à Forécariah, on est parti avec deux avocates, j’ai expliqué ce qui s’est passé, on lui a demandé il a nié les faits. Il dit que je souffrais de rhumatisme que c’est ce qui a causé ma paralysie, le juge nous a dit de partir à Conakry faire des visites pour savoir si ma paralysie est liée à une maladie ou le fait qu’il m’ait frappé. Après la visite, le docteur a confirmé que c’est le fait des coups qui a causé ça » explique Aïssatou Sow.

Depuis le début de ce conflit, la famille de la victime a dépensé plusieurs millions de francs guinéens pour la santé de leur fille comme le témoigne sa mère Mariama Djelo Diallo « durant ces 3ans là nous avons beaucoup souffert et on a beaucoup dépensé. Là où elle est, elle ne peut rien faire, il faut qu’on l’aide ça c’est difficile on a cherché des médicaments partout chez les tradi-praticiens, dans les hôpitaux mais jusqu’à présent ça ne va pas » explique-t-elle.

Dans ses explications, la mère de la victime a remercié les associations de défense des droits de la femme et les personnes de bonne volonté pour l’appui. Elle lance un SOS à l’Etat et à toutes ces organisations pour que lumière soit faite dans ce dossier.

« En plus à chaque fois on reporte à une date ultérieure le procès mais le problème est que pour aller à Forécariah, il faut forcément déplacer une voiture parce qu’elle ne peut pas aller à moto, et le transport est très cher. Quand même nous remercions les personnes de bonne volonté qui sont en train de nous aider à cause de Dieu. Je vais continuer à demander toujours d’aide aux ONG, les autorités, aux personnes de bonne volonté de nous aider à ce que ma fille retrouve sa santé surtout que le procès soit organisé dans un bref délai pour qu’on soit situé » plaide-t-elle.

À en croire Aïssatou Sow, la date fixée pour le procès entre elle et son ex-mari est renvoyé le 19 janvier prochain au tribunal de première instance de Forécariah.

Mamadou Samba Diallo 657835989

Share Button

Comments are closed.

Switch to mobile version