Kankan: les femmes étalagistes des différents marchés se plaignent contre les charretiers

Parmi tant d’activités socioprofessionnelles, ils sont très nombreux, les jeunes gens qui s’adonnent à la conduite des charrettes dans la commune urbaine de Kankan. Et sont le plus souvent en conflit avec des étalagistes, qui les reprochent l’encombrement des routes, rapporte le correspondant de actualitefeminine basé dans la localité.

Dans les différents marchés de la commune urbaine de Kankan, les relations entre charretiers et étalagistes, ne sont pas aux beaux fixes. Au centre de ces désaccords, une affaire d’encombrement des routes et des places sont entre autres le calvaire qu’affectent ces femmes dans les différents points échanges de la localité.

C’est le cas de Fanta Chérif étalagiste, qui pointe un doigt accusateur aux jeunes conducteurs de charrette « Les conducteurs de charrette nous surmenages ici beaucoup, chaque matin ils viennent user toutes nos places et puis au beau milieu du marché. Et si on réplique ils crient sur nous, pire dans tout ça, c’est leur manière de se comporter qui est très insolent. J’en appelle la responsabilité de l’autorité communale à bien mener leur rôle afin d’ordonner ce marché sinon nous sommes beaucoup épuisées » a-t-elle livrée.

Au marché central pendant les heures de pointe, il n’est pas du tout rare qu’il se déclenche des bagarres ou de violentes disputes. Barry Saliou, originaire de la préfecture de Mamou, s’explique « Les étalagistes nous barrent le chemin. Quand on les demande de nous céder le passage, elles refusent catégoriquement et finalement quand on force la situation, elles nous insultent, insultent nos pères et nos mères » a-t-il consigné.

De l’autre côté au marché Sogbè, cette guéguerre entre ces deux camps est visible comme le confirme Aicha Kaba étalagiste dudit du marché « Le seul problème qu’affecte ce marché actuellement ce sont les conducteurs des charrettes, du jour au nuit ces jeunes viennent utiliser toutes les places possibles, et ce qui est grave dans tout ça, les chemins à l’intérieur du marché sont quasiment bloqués» martèle-t-elle.

Il faut préciser qu’il ressort de l’autorité communale d’assurer les opérations de maintien d’ordre dans les marchés.

Facely Sanoh pour actualitefeminine

Share Button

Leave A Reply

Your email address will not be published.

Switch to mobile version