Guinée/violences à N’Zérékoré : « le problème n’est plus une question d’élections… » Dixit la présidente des femmes du Bloc Libéral

Au lendemain du double scrutin ce dimanche 22 mars sur toute l’étendue du territoire guinéen, des échauffourées ont été enregistrées à Conakry comme à l’intérieur du pays. A N’Nzérékoré par exemple, il y a eu mort d’hommes, des concessions incendiés et pire, l’église Protestante Évangélique de Dorota a été incendiée en marge des affrontements entre camp rivaux.

Face à cette situation, Mme Saba Seny Tonamou présidente nationale des femmes du Bloc Libéral est scandalisée de ce qui se passe dans cette région du pays. Dans un entretien téléphonique accordé à notre rédaction, dame Tonamou annonce que sa famille a été victime de ces violences qui ont émaillé cette journée noire du lundi 23 mars 2020 « nous allons faire des poursuites car nous détenons des preuves palpables et il y a beaucoup d’autres choses qu’on essaie d’entreprendre. Il y a même ma famille à la personne mon cousin qui a fui avec notre vielle avant-hier et le matin il est sorti pour venir voir les effets qui étaient dans la maison, c’est ainsi en cours de route il a rencontré des inconnus, ils l’ont envoyé jusqu’à la concession à la devanture ensuite ils l’ont frappé jusqu’à ce qu’il soit décédé. Depuis hier son corps on n’a pas été récupéré et notre vieille se trouve chez les voisins » explique-t-elle.

Sidérée par ces abus, la présidente des femmes du BL pointe un doigt accusateur à Honorable Damaro Camara de la mouvance présidentielle « nous avons des familles qui sont confinées, ce qui s’est passé à N’Zérékore après le double scrutin est déplorable mais on ne peut pas s’étonner parce que tout était déjà préparé. Si vous écoutez le discours que Damaro a tenu où il a fait comprendre à l’ethnie Konia qu’on ne peut pas les apprendre l’art de la guerre et qu’eux-mêmes ils sont des guerriers comme les ancêtres Samory Touré qui a résisté pendant des années, un tel discours quand tu tiens je pense que c’est pour préparer quelque chose » indique-t-elle.

Selon la femme politique, le problème n’est plus une question d’élections mais « c’est maintenant devenu purement ethnique et c’était déjà préparé par Damaro et sa troupe. Ils ont commencé à s’attaquer aux églises, aux bâtiments privés. Est-ce que la population peut rester comme ça les bras croisés et ne pas défendre leurs biens ? » Lâche-t-elle sous la colère.

Au terme de l’entretien, Mme Tonamou a invité les citoyens de N’Zérékoré à préserver la paix et à ne pas se laisser manipuler  alors que leurs familles vivent ensemble depuis la nuit des temps.

Korka Bah 622 61 12 41

Share Button

Leave A Reply

Your email address will not be published.

Switch to mobile version