Publisher Theme
Art is not a luxury, but a necessity.

Guinée/présidentielle 2020 : des femmes de la capitale appellent la population à la retenue

La campagne électorale du 18 octobre prochain en République de Guinée, enregistre depuis quelques jours des tensions par endroit sur l’étendue du territoire entre les militants des partis politiques qui sont en lice. Des propos va-t’en guerre sont également enregistrés par certains candidats aux élections présidentielles. Une situation qui inquiète à plus d’un titre des femmes de la capitale qui invitent d’ailleurs la population à la retenue.

Rencontrée au rond-point de Kipé dans la commune de Ratoma, Mariama Traoré citoyenne a déploré certains propos à caractère ethnocentriques « je n’ai pas aimé la façon dont les politiciens procèdent à leurs discours de campagne. D’abord le Président de la République a déconné dès le début en tenant des propos incendiaires qui n’unissent pas la population. Ce qui s’est passé à Dalaba et à Kankan c’est déplorable. Ils ne sont pas des ennemis mais plutôt des adversaires politiques » déplore-t-elle.

Binta Diallo une autre citoyenne rencontrée au rond-point de Bambeto a de son côté dénoncé l’inactivité de l’administration publique durant cette campagne « la Guinée ne mérite pas ça surtout qu’il y a la COVID-19 dans le pays. L’administration ne fonctionne pas, tout le monde est parti battre campagne chose qui est déplorable, en plus nous enregistrons des tensions un peu partout, les candidats devraient revoir leur stratégie pour toucher le maximum le public-cible » signale-t-elle.

Quant à Sylla M’Ballou vendeuse à Cosa, elle explique l’impact de la campagne sur ses activités « nous les vendeuses souffrons énormément actuellement avec leurs mouvements de campagne, puisque nous rentrons très tôt pour éviter d’être dépouillées de nos biens par les jeunes et femmes qui font campagne dans les quartiers et bordures de route. Je les invite tous à la retenue et parmi les 12 candidats, d’accepter les résultats de l’élection présidentielle du 18 octobre car nous n’avons pas besoin que ce pays brûle » lance-t-elle.

Plusieurs activistes de la société civile ont fait des déclarations et mené des campagnes de sensibilisation pour préserver la paix et la quiétude sociale pendant et après les élections présidentielles.

Korka Bah 622 61 12 41

Share Button

Comments are closed.

Switch to mobile version