Guinée/Journée internationale de la jeune fille: des associations en campagne de sensibilisation sur le viol des mineures

A l’occasion de la journée internationale de la jeune fille célébrée ce vendredi 11 octobre, des associations qui œuvrent dans la défense des droits de la femme ont initié des rassemblements dans les cinq communes de la capitale pour interpeller parents et autorités sur le viol des mineurs.

Dans la commune de Matoto, le rond-point du marché Matoto a servi de cadre à cette sensibilisation qui a connu la présence du cercle des jeunes filles battantes et libres de Guinée.

Pour la présidente de ce cercle, cette initiative est d’interpeller les parents afin de donner un issue favorable sur les cas de viol « nous sommes venues là parce que les mamans des enfants violés se trouvent dans les marchés et si nous disons que l’État de prendre ses responsabilités ça sera tard, nous savons tous que l’État a voté des lois qui interdisent les viols, mais toujours il y’a des cas de viol. Donc nous sommes venu au marché pour sensibiliser nos parents parce qu’aujourd’hui nous avons des parents qui pensent que les viols n’ont pas de conséquence, ces enfants sont violés sous leurs yeux, mais ils restent sans rien dire en disant quand je dénonce, mon enfant va être discriminé dans le quartier, donc nous sommes là pour faire savoir à ces parents que le viol à des conséquences néfastes et il y’a des associations qui leurs soutiennent et soutiennent les victimes » explique Makèmè Konaté.

L’enfant d’aujourd’hui étant le cadre de demain, mademoiselle Konaté appelle l’État à prendre des dispositions « on demande à l’État de prendre ses responsabilités, les enfants qui sont violés peuvent être les futures cadre de demain, mais si l’enfant a vraiment une mauvaise image de la société, un problème psychologique, un enfant violé a des problèmes, elle n’est pas un enfant normal donc c’est à l’État de prendre ses responsabilités, aider les autorités qui sont censées punir ces violeurs, leurs équiper parce que nous sommes dans un Pays où le viol est récurrent » lance-t-elle.

72062540_426051264718666_8875287739495350272_nPour freiner ce phénomène, l’activiste a une piste de solution « un violeur, tu viole on t’affiche, c’est la meilleure solution pour mettre fin au viol, parce qu’on t’envoie en prison les autorités même sont corrompues, tu pars avec 500.000 tu as violé une petite fille on te libère après et c’est décevant, tu viole on affiche ta photo, un violeur affiché ne va jamais répéter et ses amis ne vont jamais penser à faire le même acte, donc c’est la meilleure solution » propose la présidente du cercle des jeunes filles battantes et libres de Guinée.

Le dernier cas de viol géré par cette structure était une fille de 8ans à Kassoyah Douansy qui a été affectée par l’hépatite B.

Mansaré Soumah Naby Moussa 628820256

Share Button

Leave A Reply

Your email address will not be published.

Switch to mobile version