Guinée/baisse du prix du carburant : des femmes de la capitale s’insurgent

Le gouvernement guinéen a annoncé ce mardi 31 mars, la baisse le prix du carburant à la pompe. Si avant le litre s’obtenait à 10.000 GNF, depuis ce mercredi 1er avril 2020 il se vend à 9.000 GNF. Cette annonce est diversement appréciée chez certains usagers de la route.

Au rond-point de la Tannerie dans la commune de Matoto, elles sont nombreuses ces personnes qui ont une voiture personnelle à s’indigner. Condé Saran se dit choquée de cette nouvelle « c’était mieux de laisser à 10.000 GNF, ces 1.000 GNF ne peuvent rien arranger pour nous les propriétaires de véhicule. Les autres pays ont baissé le prix des denrées de première nécessité en plus le carburant mais nous c’est une foutaise. Le prix est à 25 dollars à l’échelle mondiale. En plus dans les stations, le problème de monnaie s’imposera, c’était mieux de ramener à 6.000 GNF au moins » s’insurge-t-elle.

Venue emprunter un taxi à Cosa dans la commune de Ratoma, Diallo Hawa estime que le gouvernement ne considère pas les citoyens « je considère qu’on n’a pas baissé le prix du carburant, car 1.000 GNF c’est insignifiant vu le contexte économique de notre pays. Il faut que le gouvernement ait pitié de nous en cette crise sanitaire, annuler les taxes douanières du port et le TVA, revoir les prix des denrées de première nécessité » indique-t-elle.

Contrairement aux précédentes, Traoré Mariama salue cette réduction du prix du carburant à la pompe « je suis ravie de cette annonce même si ce n’est pas beaucoup, mais cela pourrait boucher certains trous. Les chauffeurs aussi devraient diminuer le transport même si 500 GNF. J’invite le gouvernement à se pencher maintenant sur les denrées alimentaires » suggère-t-elle.

Assis dans son taxi, ce chauffeur qui a préféré gardé l’anonymat précise qu’aucune réduction du transport ne sera faite tant que le gouvernement ne décidera pas de diminuer considérablement le prix du carburant « cette légère diminution ne sert à rien, car entre 10.000 GNF et 9.000 GNF il n’y a pas assez de différence et on ne va pas diminuer le prix des tronçons. Je sors pour avoir la dépense pas pour travailler dans le vide. J’invite les passagers à respecter aussi nos prix et ne pas créer des discussions, car ce n’est pas nous plutôt l’Etat qui est coupable » argue-t-il.

Il faut tout de même préciser que l’affluence du trafic n’est pas de taille malgré ce léger rabais du carburant. Les ronds-points et grands carrefours sont moroses.

Korka Bah 622 61 12 41

Share Button

Leave A Reply

Your email address will not be published.

Switch to mobile version