Publisher Theme
Art is not a luxury, but a necessity.

Guinée : Violée, assassinée puis découpée, des acteurs de la société civile font un sit-in au ministère de la justice pour Diaraye Sow

Des acteurs de la société civile étaient ce mercredi 14 octobre 2020 devant le département du ministère de la justice pour réclamer justice suite à l’assassinat de Diaraye Sow une jeune fille de 16 ans.

Pour la petite histoire, il y a une semaine, Diaraye Sow âgée de 16 ans a été violée, assassinée, découpée et pire enterrée sans la présence d’une famille et cela est passée inaperçue dans un quartier relevant de la commune urbaine de Dubreka. Face à cette situation révoltante et inacceptable, des jeunes et de femmes ont fait un sit-in devant le ministère de la justice pour réclamer justice.

121471523_814138862772495_9034085902435839285_n« Il y a une semaine, aucune autorité ne s’est prononcée sauf la brigade de Dubreka qui était venue faire le constat et la cheffe de secteur dans lequel le corps a été retrouvée. C’est inacceptable qu’une fille soit violée, assassinée, découpée et pire enterrée sans la présence d’une famille et cela se passe inaperçue. Donc nous sommes là pour alerter le ministre et de se saisir de ce dossier pour instruire le tribunal de première instance de Dubréka, car le quartier dans lequel le corps a été retrouvé relève de Dubréka, de diligenter une enquête » explique Diariatou Diallo activiste de la société civile, membre du comité d’organisation du sit-in.

Même s’il y a des dossiers qui restent sans suite, l’espoir est tout de permis pour le cas de Diaraye Sow grâce à la déclaration du ministre de la justice Mory Doumbouya « si la famille a décidé d’engager l’expertise d’un cabinet d’avocats, nous allons prêter mains fortes à ce cabinet d’avocats. Si aucune disposition n’est prise puis que nous n’avons aucune information sur ce crime crapuleux, ensemble nous allons travailler pour connaitre le ou les coupables. S’il faut que je porte à nouveau la robe pour que lumière soit faite sur les circonstances de la mort de Diaraye je le ferai » promet le N°1 du département de la justice.

Ayant eu l’engagement du département de se saisir de ce dossier après les élections présidentielles, les frondeurs attendent avec attention la suite avant d’initier d’autres actions.

Hasso Bah

Share Button

Comments are closed.

Switch to mobile version