Guinée : Un consortium d’ONG invite l’Etat à interdire l’importation des produits cosmétiques

Les ONG Santé Education Pour Tous S.E.P.T ; Q.V.P ; Espoir224 et Cercle des femmes naturelles se sont réunies en consortium pour parler du problème de la dépigmentation qui touche bon nombre de jeunes filles et garçons. En conférence de presse ce mercredi 27 novembre à Conakry, ce consortium a interpellé le gouvernement à prendre des dispositions face à ce phénomène.

L’utilisation abusive et incontrôlée des produits cosmétiques en République de Guinée devient de nos jours un problème de santé publique chez les utilisateurs notamment les femmes dont l’âge varie entre 16 à 40 ans. Elle crée même des guéguerres dans les foyers et au sein de la société. Trois principaux types de produits cosmétiques sont couramment utilisés à savoir: les dermocorticoïdes quelle que soit la classe, les composés phénoliques dont principalement l’hydroquinone et les dérivés mercuriels.

Face à cette situation, ces ONG réunies en consortium se disent inquiètent quant à la flambée des produits cosmétiques et des conséquences qui encourent « la vulnérabilité de la peau et de l’organisme, l’inflammation de la peau, hypertension artérielle, destruction du système de défense de l’organisme, des maladies infectieuses, le diabète et l’apparition des taches sur tous le corps l’acné, des vergetures, une hyperpigmentation articulaire, des infections bactériennes, des infections mycosiques pouvant conduire à des cas de cancers de la peau » liste El hadj Aliou Barry Président de l’ONG Santé Education Pour Tous.

L’autre aspect signalé, des femmes enceintes et allaitantes utilisent ces produits cosmétiques ce qui peut créer des complications pour le bébé « les conséquences de la dépigmentation sont alarmantes. Elles constituent, un risque de faible poids de naissance, des fausses couches, la prédisposition pour l’enfant de développer des troubles cardiovasculaires et la mauvaise cicatrisation de la césarienne chez la mère » alerte-t-il.

Pour remédier à ce problème de santé publique qui est cependant banalisé, le cercle des femmes naturelles a mis une stratégie en place « c’est de faire des post sur nos différentes plateformes en faisant des challenges via le numérique, organiser un concours de beauté naturelle, faire des spots dans les différents canaux de communication. Recommander les utilisatrices à aller voir un dermatologue » annonce Hawa Touré Présidente du cercle.

Ce consortium ne compte pas s’arrêter là, dans les jours à venir selon le Président de l’ONG Q.V.P, l’équipe rencontrera les autorités sanitaires et de l’action sociale pour discuter sur cette problématique et associer les services compétents de Thiegboro pour détecter les vendeurs des produits cosmétiques.

Même si ces produits de dépigmentation gonflent l’économie du pays, les conséquences sont considérables. C’est pourquoi ces ONG invitent l’Etat à interdire l’importation des produits cosmétiques en République de Guinée.

Hasso Bah

Share Button

Leave A Reply

Your email address will not be published.

Switch to mobile version