Publisher Theme
Art is not a luxury, but a necessity.

Dame de Fer : « Mon handicap c’est ma force… » Dixit la présidente d’OSH-Guinée

Diplômée en Economie et Finance à l’université Gl Lansana Conté de Sonfonia, Massoud Barry est une jeune dame infirme et la présidente de l’Organisation de Secours aux Handicapés OSH Guinée. La brave femme n’a pas accepté d’être au dépend de la société en faisant la mendicité, elle s’est plutôt battue à terminer ses études pour être autonome et avoir son indépendance financière.

Au départ, Barry Massoud n’est pas née infirme, mais le destin en a voulu ainsi « je ne suis pas née infirme, un jour quand j’étais petite, une fourmi m’a piqué, j’ai commencé à pleurer les gens se sont moqués de moi que pourquoi je pleure, ainsi mère m’a pris pour me dorloter et je me suis couchée. A mon réveil, j’ai ressenti une douleur intense j’ai pleuré ma maman m’a demandé de venir mais je ne pouvais pas bouger. Depuis ce jour j’ai perdu l’usage de mes pieds » explique-t-elle.

Déterminée à être une modèle de réussite, ses études n’ont pas été du tout facile « pour m’inscrire à l’école c’était tout à fait un problème, au départ on pensait que je ne pouvais pas étudier, finalement mon père a compris et a accepté de m’envoyer à l’école. A l’école aussi il y avait un défi à relever car elle n’était pas adaptée aux personnes vulnérables. D’ailleurs j’étais la seule, puis les enfants n’étaient pas préparés et dès fois ils récupéraient mes béquilles pour me taquiner, je pleurais, les professeurs aussi n’étaient pas préparés et ils n’acceptaient presque pas de me donner la parole pour m’exprimer. Mais avec le courage j’ai pu terminer mes études » narre-t-elle.

Grâce à son courage et à sa perspicacité, Massoud Barry a fait de hautes études. Diplômée en Economie et Finance à l’université Gl Lansana Conté de Sonfonia, la DAME DE FER a fait un stage à Plan International puis a travaillé en tant que caissière-réceptionniste pendant 5 ans dans cette institution.

Ce n’est qu’en fin décembre 2017 qu’elle a rendu le tablier pour créer son ONG qui compte actuellement 25 membres afin d’aider les personnes infirmes « Les personnes handicapées sont marginalisées, discriminées. Quand je regarde au bord de la route j’ai des frissons, ces personnes qui font la mendicité peuvent apporter quelque chose, mais il faut que quelqu’un commence d’abord à les faire comprendre que leur handicap n’est pas une fatalité, il suffit juste qu’elles s’acceptent. D’où la création de cette organisation pour sensibiliser les parents et les infirmes. Mon handicap c’est ma force, une opportunité pour moi » indique-t-elle.

Massoud Barry invite les femmes handicapées de suivre une formation et de ne pas s’apitoyer sur leur sort. Elle demande aussi à l’Etat d’appliquer les lois qui régissent le pays pour la défense des personnes à mobilité réduite.

Hasso Bah

Share Button

Comments are closed.

Switch to mobile version