Dame de Fer : Aïssatou Lamarana Diallo s’est lancée dans l’entrepreneuriat quand elle avait 13 ans

Diallo Aïssatou Lamarana est une jeune étudiante en sciences économiques à l’Université Général Lansana Conté de sonfonia. Sa particularité, elle n’a pas attendu à la fin de ses études pour entreprendre. Depuis 2013 alors qu’elle avait 13 ans, Mlle Diallo a créé son entreprise Artex Guinée (textile artisanale) qui produit des tissus traditionnels d’excellente qualité faits à la main.

Dans cette entreprise Aïssatou Lamarana et son équipe innovent en faisant le style art-déco. Ce n’est pas tout ! Elle forme des jeunes en majorité des femmes qui sont le plus souvent au chômage. En outre, elle embauche dans son entreprise, des jeunes pétris de talents qui ont la possibilité de s’épanouir dans un métier.

IMG_20150914_103033Parlant du produit, la particularité d’Artex c’est la qualité des tissus « les tissus sont 100% coton tissés à la main et qui ne décolorent pas avec une bande de 1m30 de largeur c’est la marque de fabrique de Artex Guinée » explique la jeune entrepreneure.

Mais d’où est venue cette idée de créer cette entreprise qui fait la promotion du textile artisanal guinéen ? « en 2012 j’avais 12 ans j’ai grandi dans les ateliers de tissage c’est là où j’ai eu la passion de l’artisanat, vu que mon père se battait corps et âme pour que ses produits soient de marque. Et là je me suis posée la question de reprendre la relève en tant que fille aînée pour qu’on puisse créer une chaine. Et aujourd’hui nos produits sont vendus en Guinée (Minière en face de la grande mosquée) et à l’international. Nous sommes devenus une équipe qui se bat pour mettre le textile artisanal guinéen au premier rang » se confie-t-elle.

20190318_105902Comme tout jeune entrepreneur, Aïssatou Lamarana Diallo rencontre aussi quelques difficultés dans ses activités entrepreneuriales «la non formation des jeunes dans le domaine parce que tous ceux dont nous recevons nous les formons, il y’ a aussi l’écoulement du produit, les concurrents du marché chinois qui nous causent des problèmes de vente. Surtout pas d’accès au financement, le taux des banques est trop élevé » liste-t-elle.

Engagée à aller jusqu’au bout, Aïssatou Lamarana Diallo a pour ambition de rendre la Guinée un pays exportateur de textile artisanal. Car selon la jeune prodigue, le textile artisanal contribue au développement communautaire, favorise l’intégration socio-économique des jeunes et lutte contre l’immigration irrégulière.

Hasso Bah

Share Button

Leave A Reply

Your email address will not be published.

Switch to mobile version