Culture : Quand le textile africain est valorisé à travers les chaussures BASKETS

Valoriser le patrimoine textile et pictural traditionnel africain en l’associant à la modernité, est une innovation que les jeunes guinéens en ont dans leur besace. Du textile tissé à la main pour créer des baskets interculturels est l’idée de Mohamed Kaba ingénieur en télécommunication. Passionné et promoteur de la mode, le jeune prodigue a créé son propre entreprise après la fermeture de la société minerai de Forécariah où il occupait le poste d’administrateur du système autour de contrôle du port de ladite société de 2012 à 2016.

En 2017, il crée Umòja une marque de chaussure qui valorise le patrimoine textile et pictural traditionnel africain en l’associant à la modernité de la basket. Grâce à ses deux partenaires, Dieuveil et Lancine qui sont installés en France, M. Kaba a réalisé son rêve et finalement il a rejoint l’équipe qu’en 2018 quand il était au Burkina Faso. Avec sa marque, Mohamed Kaba s’est fixé comme objectif, de réunir l’Afrique à travers les baskets « aujourd’hui nous avons des modèles de chaussure à savoir; le leppi de la Guinée, Le bogolan du Mali-Bamako, Fasso-Danfani du Burkina et le motif étoile de cap vert » explique-t-il.

IMG-20191106-WA0031Abordant les activités de la marque Umòja, le styliste précise en ces termes « Mes activités sont diverses mais actuellement je suis beaucoup plus concentré dans la promotion de la mode, de la culture et du textile local. Je suis le Manager général de la marque Umòja en Afrique, chaussures en baskets uniquement conçu à travers les tissus artisanaux de la Guinée, du Mali, du Burkina, Sénégal etc…, vu que mes partenaires sont installés en Europe, je gère tout ce qui est distribution, les relations entre les artisans de l’Afrique et les autorités de chaque pays concernés» indique-t-il.

IMG-20191106-WA0027La particularité de cette marque est que les textiles utilisés sont en coton biologique, fibres de bananiers, écorces d’arbre et toutes les teintures sont naturelles. En outre, les promoteurs du tradi-moderne travaillent sur le confort et l’esthétisme afin de proposer des chaussures singulières et robustes.

Même si le travail fourni est alléchant, Mohamed Kaba et son équipe rencontrent quelques difficultés à savoir « l’expédition de nos produits, il faut oser le dire, la douane nous casse la tête Walahi (Je jure), vous savez nos produits sont réalisés en Europe pour le moment jusqu’à l’installation de l’unité en Afrique. D’abord il y a la réalisation des tissus par nos partenaires tisserands en Afrique et après la réalisation des tissus, nous envoyons en Europe pour une réalisation des chaussures et après réalisation il y’ a l’expédition des produits en Afrique par le service DHL et Chronopost et une fois en Guinée c’est du casse-tête avec les douaniers. On nous demande de payer très cher pour récupérer nos produits » déplore-t-il.

IMG-20191106-WA0010La marque Umòja est pour le moment en phase d’installation en Afrique. Elle a son site en France et sa plateforme e-commerce pour les achats en ligne en Europe. Pour l’Afrique, Kaba Mohamed précise « nous avons décidé d’agir sur le terrain, Parce que nous maîtrisons bien l’Afrique sur le terrain que les autres pays développés (rire), ici c’est chez nous! Nous assurons la distribution avec nos partenaires installés dans chaque pays africain. Et en Guinée le service commercial est joignable sur le 6223735 15 » rajoute-t-il.

Il faut notifier que le prix des chaussures varient selon les modèles entre 500.000 à  2.500.000 GNF. Enfin, Mohamed Kaba invite les jeunes africains à valoriser le textile africain.

Hasso Bah

Share Button

Leave A Reply

Your email address will not be published.

Switch to mobile version