08 Mars : Quel est le rôle des femmes journalistes dans la lutte contre la migration clandestine ?

A l’occasion de la célébration de la journée internationale des droits de la femme, l’ONG Femmes Développement et Droits humains F2DH a initié une table ronde ce vendredi 08 mars au ministère de la citoyenneté pour parler du rôle des femmes de médias dans la lutte contre la migration clandestine.

Cette rencontre a réuni plusieurs activistes de la société civile, du département de l’action sociale, de l’OIM et des jeunes qui ont subi les conséquences de la migration clandestine. A l’entame, les organisateurs ont fait la projection d’un film qui parle de la migration irrégulière des femmes, suivie d’une série de thèmes notamment : l’état des lieux sur la migration clandestine y compris celle des femmes en Guinée ; la migration irrégulière et VBG cadre juridique ; Pourquoi partir comment rester ? Rôle des femmes de médias dans la lutte contre la migration clandestine.

IMG_20190308_180042Le choix de ce thème selon la Présidente de l’ONG Mme Sow Moussa Yéro Bah, n’est pas fortuit « Ce qui effraie un peu aujourd’hui, en Afrique de l’Ouest la Guinée arrive en tête de peloton, pourtant nous sommes un pays supposé être riche, qui a normalement tous les atouts de son côté pour éviter que ces femmes ne partent pour l’aventure et aller perdre la vie. C’est pourquoi à l’occasion de la fête de la femme nous avons décidé de choisir ce thème pour amener des jeunes au tour d’une table et échanger avec des consultants » Explique-t-elle.

Soumah Alseny point focal migration irrégulière au ministère de l’action sociale, de la promotion féminine et de l’enfance précise qu’il est primordial d’associer les femmes dans les prises de décisions pour freiner la migration clandestine « si on veut freiner la migration clandestine, il faut l’implication des femmes. Elles sont au cœur du départ des enfants et sans elles les localités ne peuvent pas vivre. Il faut les associer pour l’intégration et chercher des projets pour la réinsertion de ces jeunes » indique-t-il.

Prenant part à cette rencontre, la Présidente des jeunes filles leaders de Guinée promet que son équipe s’impliquera dans la sensibilisation des jeunes filles et des parents pour diminuer le taux de migration clandestine « On se mettra au boulot sur les questions de violences basées sur le genre, car elles sont victimes de viol de l’autre côté, donc le combat sera mené, on va sensibiliser les jeunes filles d’aller de façon légale et non illégale mais aussi sensibiliser les parents » promet Hadja Idrissa Bah.

Selon l’OIM, en 2018 elle a enregistré 11 960 retours dont 586 femmes et filles retournées. 1980 femmes intégrées. D’après la même source, les causes de la migration clandestine est due à la polygamie et à l’implication des femmes dans le départ des jeunes.

Hasso Bah 623125203

Share Button

You might also like More from author

Leave A Reply

Your email address will not be published.

Switch to mobile version